L’APPEL DE MGR KUTWAN JEAN-PIERRE ARCHEVEQUE D’ABIDJAN SUR LA PAUVRETE EN COTE D’IVOIRE

Mon cher Henri,

          Tu étais à la messe de la Paix du 31 décembre dernier. Tu as écouté l’appel de  l’Archevêque d’Abidjan, Mgr Jean Pierre Kutwa  à la cathédrale Saint Paul, à Abidjan-Plateau, lors de la traditionnelle messe de la paix à laquelle, le président Laurent Gbagbo, son épouse Ehivet Simone et les autorités administratives et politiques de Côte d’Ivoire ont pris part.
          L’homélie de Mgr Jean Pierre Kutwa issue du message du Pape Benoît XVI invite en 2009 à réfléchir sur le thème “Combattre la pauvreté, construire la paix”. Il a dépeint la situation sociale et économique de la Côte d’Ivoire non sans faire des propositions. “La lutte contre la pauvreté exige de la communauté internationale et des pays pauvres, une coopération aussi bien sur le plan économique que sur le plan politique par la création des institutions efficaces et participatives, la lutte contre la criminalité et la promotion de la culture de la légalité. Elle consiste aussi à investir dans la formation des personnes et à développer une culture spécifique de l’initiative à moyen et long terme”, a-t-il argumenté. Mettre les pauvres à la première place revient pour les acteurs du marché international, à construire un espace où puisse se développer une logique économique et pour les acteurs institutionnels à mettre en œuvre une juste logique politique , ainsi qu’une correcte logique de participation capable de valoriser la société civile, locale et internationale.

          Pour le cas de la Côte d’Ivoire, Mgr Jean Pierre Kutwa a indiqué qu’il faut promouvoir un développement qui permet à tous d’accéder à un plus être et pas uniquement à un plus avoir. Un développement qui, en faisant appel à la participation de tous et de chacun, favorise le partage et pas seulement l’accumulation des biens. “L’Eglise faillirait à sa mission prophétique si elle gardait le silence devant une telle déchéance humaine. C’est le lieu de renouveler notre option préférentielle pour les pauvres de tous genre, en faisant résolument nôtre cette pressante et tranchante invitation du Maître : Donnez-leur vous-mêmes à manger, Luc 9, 13”, a-t-il déclaré. Il exhorte les dirigeants et les nantis à élargir l’espace de leur cœur vers les nécessités des pauvres et à faire tout ce qui est possible de faire leur avenir et leur venir en aide car combattre la pauvreté, c’est construire la paix. Il n’a pas manqué de dénoncer la paupérisation croissante en Côte d’Ivoire et les immondices d’ordures qui jonchent les rues du pays.

          Ce qu’ a dit Mgr, je l’ai particulièrement apprécié. Les pauvres d’aujourd’hui sont de plusieurs sortes. Il existe d’une part, une pauvreté choisie et proposé par Jésus. La raison de Jésus à Bethléem montre que Dieu choisit la pauvreté pour descendre parmi nous. Son amour le porte, non seulement à se faire homme mais à se faire pauvre. De l’autre une pauvreté qu’il faut combattre pour que le monde soit plus juste et solidaire. Sais-tu, mon cher ami que dans les environs de la Présidence, dans la rue chic des Ambassades, aux alentours de l’UCAO, deux familles entières croupissent depuis des mois, à la belle étoile, chaque nuit. J’ai essayé d’entrer en contact avec l’une d’entre elle: cette femme est prêcheuse; et n’a que Dieu à la bouche et veut rencontrer, à tout prix Mme Gbagbo. L’autre maman est Bété et veuve; elle attend un mandat ou de l’argent de son mari pour rentrer au village. Depuis que j’ai donné de l’argent pour le transport, elle a disparu avec sa fille, une belle demoiselle, puis elles sont revenues après deux mois. Il existe donc dans notre pays une pauvreté qui empêche les personnes et les familles de vivre dignement, une misère qui blesse la justice et l’égalité et menace la paix.

         Dans notre pays, à côté des pandémies naturelles, il y a une pauvreté de l’enfance, une crise alimentaire qui va de pair avec les dépenses d’armement. Face à la globalisation, il est nécessaire que tous les pays s’efforcent de développer leur action solidaire. Nous devons regarder cette crise mondiale dans sa globalité et non comme une urgence passagère de plus. Nous devons être prêts à une revision profonde du modèle dominant de développement, à des correction de vaste dimension. C’est la gravité de la situation qui l’exige, mon cher Henri, et avant même la résolution des difficultés financières, la santé de la planète, à laquelle s’ajoute une crise morale et culturelle, symptômes évidents d’un monde malade depuis un certain temps.

          Très cher ami, afin de combattre cette pauvreté qui opprime tant de personnes tout en menaçant la paix générale, il convient de relancer la sobriété et la solidarité comme valeurs évangéliques, mais aussi universelles. On ne peut efficacement combattre la misère sans réduire le fossé entre superflu et nécessaire. Même la violence, la haine et la défiance sont d’autres formes de pauvreté. Elles ne sont pas moins terribles et il convient de les combattre elles aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :