L’ESPRIT AFRICAIN ENTRE PHILOSOPHIE ET TRANSCENDANCE/AFRICAN SPIRIT BETWEEN PHILOSOPHY AND TRANSCENDENCY

          RESUME

          L’Africain est un être profondément religieux, mais en même temps uni à la nature. Nous pensons qu’aujourd’hui en Afrique, la quête d’une philosophie de l’Esprit authentique peut lui permettre de s’assumer pleinement et de retrouver le sens qui est au coeur du monde, en son milieu. Il pourra compléter sa philosophie de la nature qui le situe en harmonie avec son environnement, par une autre dimension, la dimension métaphysique qui sera sa contribution essentielle à ce monde informatisé et technique. Mais l’Africain, n’a pas besoin de critiquer cette spiritualité par la philosophie pour mieux l’éléver à la transcendance. Il la tire directement de la nature. L’Esprit africain nous apparaîtra alors comme l’expression comme-une de la spiritualité, de la mystique et de la philosophie de l’Esprit.

          SUMMARY

          The African is a very religious person, but, he’s a nature lover at the same time. In Africa, accordind to me, the thought of spirit, can allow him to come to terms with himself and  he may discover the concept of Mind as the original cause of the world-process. The mixture of practical scientist and theologian will be seen very clearly in his case. But he has to criticize his spiritual doctrine, avoid simpliste solutions. To my mind, the African is filled with the naïveté of wonder and the joy od discovery. Now he must work enough to realise the ultimate synthesis of his philosophy; his spirituality an his mystique

          INTRODUCTION

          En ce début du XIXè siècle, le monde se sent brusquement pris d’un malaise. La croissance qui était le leitmotiv de notre époque, n’est plus l’unique modèle. L’humanité découvre subitement que l’homme ne peut se résumer qu’à une vie biologique ou à sa production économique. Il a besoin d’une intériorité spirituelle pour faire face à toute cette vacuité que représentent les choses matérielles. Nous découvrons ainsi l’importance de l’esprit qui devient le refuge sûr de l’homme qui est écrasé par le poids de la science et de la tehnique. l’esprit qui était devenu était devenu la chose résiduelle ou dérisoire, ce qui n’était rien de réel et d’objectif, devient aujourd’hui la chose essentielle, qu’il nous faut à présent définir.

          Pour Claude Bruaire, "l’esprit est d’abord symbolisé par le rythme de la respiration de la vie, le pneuma qui dit l’équilibre du contre courant de l’inspiration et de l’expiration."(1). En clair, l’esprit est la vie, "recueillant l’unité rythmée d’un double mouvement inverse de lui-même et de son énergie."(2). L’esprit est aussi de l’ordre de l’intelligence, "adhérant à l’intelligible dans l’immobile vision ou contemplation."(3). Notre auteur pense, en outre, que pour mieux cerner le rapport de l’esprit à la personne humaine, il faut postuler l’esprit comme un don. l’esprit, en ce sens, ne nous appartient pas en propre; nous pensons qu’il nous est donné. Ce que notre auteur traduit en ses propres termes quand il écrit: "Le propre de l’esprit humain est, adéquatement d’être donné à lui-même."(4) Ou encore, parlant de l’esprit infini, il affirme que ce dernier "est seul adéquat à l’esprit, à l’esprit qui n’est qu’esprit, à l’absolu de l’esprit."(5) Il y a donc un décalage irréductible entre l’Esprit fini et l’absolu de l’Esprit. Claude Bruaire rejoint, finalement la théologie catholique qui affirme, dans sa foi, que l’Esprit-saint est un don d’amour du Père et du Fils qui se donnent l’un à l’autre. En clair, pour Bruaire, l’Esprit "troisième personne, régénatrice de la génération, ruse d’amour du Père et dont l’invincible puissance se couple de l’abnégation silencieuse"(6) Ainsi, l’Esprit qui n’est qu’esprit, fait être ce qui est et qui s’avère Don se donnant sans retour."(7). Qu’en est-il alors de l’esprit africain?

           L’esprit africain nous transporte dans le climat où "c’est plutôt le cosmos qui est rapporté à l’homme"(8). Il est plutôt une praxis plutôt qu’une théorie, car "une communion se vit, se développe, se défend, se diversifie plutôt qu’elle ne se contemple de l’extérieur"(9). Cet esprit se comprend "dans le mouvement des générations qui se succèdent et doivent renouveler les pactes d’alliances, les relations communautaires"(10). Ici, "tout phénomène peut devenir signe pour l’homme et l’invite à renforcer la communion".(11)

          L’esprit africain est une vie en communion. C’est le problème de la vie à vivre qui est primordial en Afrique. Cet esprit "s’édifie par et dans les relations aux autres."(12) Il s’agit d’une forme de pensée fortement relationnelle. La co-présence est affaire de vie car elle mobilise toutes les ressources personnelles. La rencontre personnelle est le pain quotidien de l’esprit africain, car la personne consent. La nature, la société est son humus.

          Dans le climat de l’esprit africain, "tout ce qui arrive peut être un signe que quelqu’un fait à quelqu’un."(13). Pour un esprit africain qui s’interroge sur l’explication microbienne du paludisme, par exemple, la question principale est la suivante: "Mais pourquoi ce moustique m’a piqué?" Ce qui intéresse beaucoup l’Africain, c’est qui manipule les objets, qui a envoyé ce serpent qui m’a mordu? Si l’esprit africain procède aussi à des réductions comme l’européen, celles qui  sont importantes pour lui sont celles qui intéressent son relationnisme. Dans celles-ci, il privilégie le symbolisme et le rite et il donne le pas au concret et au vécu. Il veut respecter la diversité et la particularité des sujets lesquels restent les maîtres de la relation.

          L’esprit africain, finalement dans le domaine religieux et mystique, est plus épris de communion que de contemplation. le dieu se manifeste dans le sujet qu’il a élu et qui entre en transes sous sa motion, et par là il délivre un message aux spectateurs. Dans cet esprit, le mystique vit dans la communion spirituelle.

          Poser le problème de l’esprit africain entre philosophie et transcendance, c’est faire découvrir les trois dimensions de cet esprit(14). Dans une première partie, nous montrerons que par opposition au monde matériel et à l’animal, l’homme africain se définit par l’esprit, en ce sens qu’il ramène à sa nature d’esprit, comme principe unificateur et dominant, tout ce qui est par ailleurs. En effet, l’esprit africian est ce dynamisme qui va du dispersé à l’unifié, du déchu au redressé, de ce qui est aliéné de soi à ce qui est en lui natif et originel. D’où l’élan de la pensée vers la theria ou la recherche de la vérité de l’existence dans la relation à l’Absolu.

          Puis dans une seconde partie, l’esprit africain veut se réaliser, c’est-à-dire s’exprimer dans le monde, pour accomplir lui-même et transformer ce monde: c’est la dimension de la décision. Enfin, dans la dernière partie, le sujet humain ne peut se prendre comme norme définitive, car par lui-même, il ne peut s’accmplir lui-même qu’au relatif, à l’imparfait. il faut donc que l’esprit huamin africain se laisse régir par l’Esprit Absolu, le Logos universel, Norme Ultime, l’Un.

          Cette triple dimension appelle les remarques suivantes: comme nous le voyons, la transcendance ici, part des choses, ce que nous appelons transcendance des choses. Elle aboutit finalement à la transcendance de l’Un. Cette transcendance qui est se recueillir, se convertir à soi, ce aspirer au plus haut que soi, c’est la philosophie. En ce sens, la philosophie est la transcendance même. Mais cette transcendance de l’Un est inatteignable. La philosophie alors qui pense la transcendance, "ne signifie-t-elle pas besoin, manque et nostalgie ou satisfaction, accomplissement ou jouissance?"(15) Ne peut-elle pas penser la transcendance autrement que par le connaître et "dès lors exceller de par cette approche, meilleure que le retour à l’Un et la coïncidence avec l’Unité".(16) Cette^philosophie qui est aussi assignation à responsabilité(17) n’appelle-t-elle pas aussi à une transcendance éthique?

Père AKE PATRICE JEAN

A SUIVRE…………………………………

         

__________________________________________________

  1. BRUAIRE(Claude).- "L’être de l’esprit" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 35
  2. BRUAIRE(Claude).- "L’être de l’esprit" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 35
  3. BRUAIRE(Claude).- "L’être de l’esprit" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 35
  4. BRUAIRE(Claude).- "L’être de l’esprit" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 37.
  5. BRUAIRE(Claude).- "L’être de l’esprit" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 37
  6. BRUAIRE(Claude).- "L’être de l’esprit" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 38
  7. BRUAIRE(Claude).- "L’être de l’esprit" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 38
  8. MAURIER(Henri).- Philosophie de l’Afrique noire (Bonn, Anthropos-Institut 1976), p. 39
  9. MAURIER(Henri).- Philosophie de l’Afrique noire (Bonn, Anthropos-Institut 1976), p. 39
  10. MAURIER(Henri).- Philosophie de l’Afrique noire (Bonn, Anthropos-Institut 1976), p. 39
  11. MAURIER(Henri).- Philosophie de l’Afrique noire (Bonn, Anthropos-Institut 1976), p. 40
  12. MAURIER(Henri).- Philosophie de l’Afrique noire (Bonn, Anthropos-Institut 1976), p. 41
  13. MAURIER(Henri).- Philosophie de l’Afrique noire (Bonn, Anthropos-Institut 1976), p. 44
  14. BALTHASAR(Hans Urs Von).- "Spiritualité" dans Dictionnaire de Spiritualité, Ascétique et Mystique, Tome XIV, (Paris, Beauchesne 1990), p. 1151
  15. LEVINAS(Emmanuel).- "Philosophie et Transcendance" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 41
  16. LEVINAS(Emmanuel).- "Philosophie et Transcendance" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 41
  17. LEVINAS(Emmanuel).- "Philosophie et Transcendance" dans Encyclopédie Philosophique Universelle I. L’Univers philosophique. (Paris, PUF, 1989), p. 43

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :