LES CONFESSIONS DE ST AUGUSTIN(Suite 4)

LES CONFESSIONS DE ST AUGUSTIN(Suite 4)

          Le livre VIII des Confessions, traitant de la conversion morale de St Augustin, est le sommet de l’ouvrage, le dénouement de la crise. Presque tout cycle pictural traitant de la vie de St Augustin contient une reproduction de l’épisode du jardin de Milan. La scène dépeint St Augustin pleurant sous un figuier. Il entend une voix partie de la maison voisine, une voix de garçon ou de jeune fille qui chantait et répétait à diverses reprises « Prends, lis! Prends, lis! »(1). Alors il reçoit cela comme un avertissement divin, au sens technique augustinien du terme, à prendre le livre des Ecritures. Que lit-il? Un passage de l’épître aux Romains de St Paul: « Ne vivez pas les festins, dans les excès de vin, ni dans les voluptés impudiques, ni dans les querelles et les jalousies, mais revêtez-vous de Notre Seigneur Jésus-Christ, et ne cherchez pas à contenter la chair dans ses convoitises. »(2). Une bonne partie de la recherche du XXè siècle a été occupée par la controverse sur la nature de la conversion de St Augustin. Etait-ce au néoplatonisme? Etait-ce au christianisme?

          Pierre Courcelle(3) montre que cette conversion a deux aspects. Il y a une conversion réelle à ce moment de la vie  de St Augustin, nous ne pouvons en douter. Il s’est converti à la vie chrétienne qu’il mènera à Cassicianum et à Thagaste. Il est hors de dooute que les platoniciens chrétiens de Milan ont infléchi son idée de christianisme et son idéal chrétien. La vie du sage antique, telle que la décrit Cicéron et le néoplatonisme, a également joué un rôle. La vie monastique telle qu’il a commencé à la connaître à Milan, a également marqué sa conversion. A partir de ces expériences, St Augustin a développé son idéal chrétien de vie commune, fondé sur la vie des premières communautés chrétiennes, comme nous le voyons dans les Actes des Apôtres et la vie des communautés philosophiques, telles qu’elles étaient décrites dans l’Hortensius.

          Au livre IX des Confessions, St Augustin décrit la période qui va de sa conversion à la mort, à la fin de 387. Le sommet de ce livre est « la vison d’Ostie »(4). Le baptême de St Augustin est à peine mentionné, à la différence de la vision de Saint Augustin et de Sainte Monique qui est évoquée avec beaucoup de détails. Toute une controverse s’est développée pour savoir si cette vision d’Ostie était mystique. Nous pensons pour notre part que St Augustin nous a donné une des descriptions de son expérience mystique dont la nature est à déterminer: St Augustin a eu des intuitions brèves, directes de Dieu. Mais il a été déçu et recherche une vision durable avec l’aide de Dieu en sa vie. En raison d’une lecture précise de l’épître de Paul aux Galates, il a renoncé à ce projet au moment des Confessions. Beaucoup de ses premiers ouvrages à Cassiciacum, à Rome et à Thagaste sont à comprendre comme des purifications intellectuelles préparant l’ascension de l’esprit vers Dieu. Les premiers travaux sur l’âme consistent à la tourner vers l’intérieur pour se connaître elle-même. Le terme mystique est rarement utilisé par St Augustin et jamais dans le sens de la mystique espagnole du XVIè siècle, et pourtant St Augustin a assurément une saisie intuitive de la nature de Dieu.

          Bien que le livre X des Confessions constitue une transition littéraire entre les neuf premiers livres et les trois derniers, il est signifiant en lui-même: St Augustin témoigne de son état d’esprit actuel. Si les Confessions, dans leur ensemble, peuvent être décrites comme une ascension de l’esprit vers Dieu, alors le livre X est un microscosme de tout l’ouvrage. Après une brève introduction, St Augustin va de la création matérielle à son moi. Il distingue le moi humain à partir d’une analyse précise, mais longue de la mémoire dans sa quête de bonheur. Il décrit ensuite ses tentations comme évêque à partir de la triple concupiscence. Ainsi, le livre se termine par une réflexion sotériologique sur le Christ comme véritable médiateur entre Dieu et les hommes. Et Augustin peut ainsi laisser épancher son coeur en ces termes:  » Tard je t’ai aimée, Ô Beauté si ancienne et si neuve, tard je t’ai aimée! Mais quoi! tu étais au dedans de moi, et j’étais, moi, en dehors de moi-même! Et c’est au dehors que je te cherchais; je me ruais, dans ma laideur, sur la grâce de tes créatures. »(5)

          Les livres XI à XIII sont une exégèse essentiellement allégorique, de Gn 1,1-31. Ces trois livres peuvent constituer le sommet de l’ascension vers Dieu dans la mesure où les hommes peuvent la connaître en cette vie. Les élévations des livres VII et IX des Confessions se terminent par une vision fugitive, partielle. Mais la connaissance que les hommes ont de Dieu en ce monde est « en miroir et en énigme et non face à face. » Nous trouvons dans ce livre sa réflexion sur le temps(une distension de l’âme), sur la Création, la Trinité, les différents sens et interprétations des textes bibliques et sur l’amour comme poids de l’âme, par lequel l’âme trouve sa place dans l’univers.

Dr AKE Patrice Jean

Maître-Assistant de Philosophie

patrice.ake@ucocody.ci

_________________________________________________

  1. AUGUSTIN(St).- Confessions VIII,12,29, (Paris, Belles Lettres 1925)
  2. Rm 13,13
  3. COURCELLE(Pierre).- Les Confessions de la tradition littéraire: antécédents et postérité. (Paris, Etudes augustiniennes 1963)
  4. AUGUSTIN(St).- Confessions IX,10,23, (Paris, Belles Lettres 1925)
  5. AUGUSTIN(St).- Confessions X,27,38, (Paris, Belles Lettres 1925)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :