Discussion sur LIBERALISME ET HUMANITE

 

Citer

LIBERALISME ET HUMANITE

MOT INTRODUCTIF DU VICE-PRESIDENT DE L’UCAO-UUA

Monsieur le Doyen de la Faculté de Philosophie de l’UCAO-UUA

Révérend Père Gaston SANON, ex-Doyen de la Faculté de Philosophie de l’UCAO-UUA

Messieurs les Enseignants des Universités (Catholique de l’Afrique de l’Ouest Unité Universitaire d’Abidjan, de Cocody, de Bouaké, de Bobodioulasso)

Révérends Pères, Révérendes Soeurs et Frères,

Chers amis étudiants et étudiantes

Chers invités,

 

Au nom du Révérend Père TOSSOU Raphaël, Président de l’UCAO-UUA que je représente à cette journée philosophique, et en tant que membre de notre famille scientifique, je vous souhaite à tous, mes voeux les meilleurs de science féconde, de santé de fer et de sainteté débordante. Que Marie notre mère continue d’intercéder pour nous auprès de son Fils qui est l’Excellent même que nous voulons imiter.

Nous voulons saluer et féliciter le Révérend Père Zacharie Béré, Doyen de la Faculté de Philosophie de l’UCAO-UUA, et le Conseil de Faculté pour cette initiative heureuse qui est la journée philosophique, remercier également les enseignants qui ont accepté de donner une conférence, en plus des cours qu’ils dispensent et les corrections des copies. Chers amis étudiants et invités merci d’être venus si nombreux.

Le thème que nous avons choisi cette année 2008 pour la journée philosophique est Libéralisme et Humanité. La philosophie grecque a été dominée, depuis le début par deux sortes de questions. Tout d’abord et avant tout se pose la question du Tout. La philosophie cherche à saisir la masse des choses données comme un Tout, c’est-à-dire qu’elle veut y découvrir un ensemble raisonnablement organisé. Au coeur de ce Tout, figure en bonne place, la question de l’ homme. L’éthique antique, n’est-ce pas d’abord la bonne conduite de l’individu, de l’économie domestique ensuite, et de l’Etat enfin? Si l’homme est la pierre angulaire de l’édifice philosophique, la réflexion sur le libéralisme est aussi une brique importante qui conduit aussi à la même maison.

En effet toutes les définitions du libéralisme, ce concept équivoque, conduisent à l’homme. Sur un plan philosophico-politique qui est une dimension importante de l’homme, le libéralisme apparaît comme la doctrine politique suivant laquelle il convient d’augmenter autant que possible l’indépendance du pouvoir législatif et du pouvoir judiciaire, par rapport au pouvoir exécutif, et de donner aux citoyens, le plus de garanties possibles contre l’arbitraire du gouvernement. Ce libéralisme politique s’oppose à l’autoritarisme.

Si chez les Anciens en outre, l’éthique est une espèce de politique, la question de l’homme regarde d’une part la politique proprement dite qui a pour objet le tout qu’est la cité, d’autre part l’économie domestique qui a pour objet la famille, partie de la cité et donc partie de la politique proprement dite. L’homme devient ainsi le pivot essentiel de l’économie et par ce biais, le libéralisme économique a un lien très fort avec l’homme. Le libéralisme a donc une signification économique ou économico-sociale, désignant non plus une doctrine concernant l’organisation et l’exercice du pouvoir politique, mais une doctrine concernant les rapports entre l’Etat et l’économie, ou plus généralement l’Etat et la société, et favorable à la limitation de l’intervention publique. Précisons davantage: le libéralisme est la doctrine économique suivant laquelle l’Etat ne doit exercer ni fonctions industrielles, ni fonctions commerciales et ne doit pas intervenir dans les réalités économiques qui existent entre les individus, les classes ou les nations. Ce libéralisme économique s’oppose à l’étatisme ou même plus généralement au socialisme.

En choisissant de réfléchir sur le thème Libéralisme et Humanité, la Faculté de Philosophie de l’UCAO-UUA veut certainement quitter les sentiers du politique, du social et de l’économie, pour chercher à planter dans le coeur du système libéral, un supplément d’âme. Elle n’a pas choisi de parler d’humanisme, qui est une conception générale de la vie (politique, économique, éthique) fondée sur la croyance au salut de l’homme par les seules forces humaines. Elle voudrait plutôt parler d’humanité, de cette sympathie spontanée de l’homme pour ses semblables. N’est-ce pas cette sève qui permettra à ce grand arbre de croître, de la genèse du libéralisme, en passant par la recherche de ses sources chrétiennes, en passant par l’intérêt de ce système pour l’Afrique et son avenir pour la mondialisation.

Puisse cette irradiation qui nous vient de la Lumière Divine éclairer nos travaux de ce jour. Sur ce, je déclare ouverte, la journée philosophique 2008, je vous remercie.

Père AKE Patrice Jean, pakejean@hotmail.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :