Une relecture de Cabale et Amour de Schiller

 

UNE RELECTURE DE CABALE ET AMOUR DE SCHILLER

Nous avons recencé plus d’une cinquantaine d’ouvrages sur la crise ivoirienne depuis 2002. Invité à parler du coeur au cours de ce colloque, à la suite de ces nombreux écrivains, nous ne pouvons pas ignorer cette crise dans laquelle notre pays, la Côte d’Ivoire est plongée depuis cinq ans. Nous en retenons deux d’entre eux, particulièrement, pour introduire notre propos. D’abord Amon Etchian qui a écrit L’heure de la Renaissance a sonné. L’Afrique a-t-elle une solution pour l’Afrique? (Abidjan, pas d’Edieur), nous apparaît comme un africaniste.

Dans cet ouvrage, Etchian propose un salut de l’Afrique qui passe par une illumination totale, et donne l’exemple de Vishwa Nirmala Dharma-Sahaja Yoga, comme l’initiateur de cette entreprise. Il pense que le développement actuel n’est pas un développement total, car il faut, entre autres, redynamiser les campagnes. Et pour conclure, il évoque la démocrisie qui signifie que les gouvernements d’union nationale ne sont pas des solutions aux crises politiques ou politico-militaires. La démocrisie, selon la définition de notre auteur, est le canevas par lequel les loges occidentales ont exercé leurs pouvoirs depuis toujours. Malgré le lourd bilan des méfaits causés par les occidentaux, notre auteur pense que les Noirs gardent leurs coeurs ouverts aux Blancs.

Quant à Maurice Bandama, un occidentaliste, il parle des origines de la sale guerre que la Côte d’ivoire vit, dans son ouvrage, Côte d’Ivoire. Chronique d’une guerre annoncée. Pour lui l’ivoirophonie peut nous aider à combattre, à la fois, la haine que nous avons dans nos coeurs et l’aigreur devant le succès des autres, surtout envers ceux qui viennent de loin. Cette ivoirophonie est une nouvelle manière de réfléchir et de penser la Côte d’Ivoire. Elle est une purge forte, de la famille du gnamakoudji pour déconstiper l’éléphant ivoire.

Comme nous le constatons, dans un colloque comme celui qui ce tient en ce moment, la responsabilité des intellectuels est importante. Notre coeur ne peut rester indifférent aux souffrances du peuple ivoirien. En voulant parcourir la modeste oeuvre de Johann Christophe Friedrich von Schiller, Cabale et  Amour, nous soutenons que le problème entre la France et la Côte d’Ivoire est un problème de coeur, un mélodrame flamboyant, comme celui qu’ont vécu, Ferdinand et Louise Miller, dans cette pièce. Mais auparavant, il nous faut admettre que cette oeuvre est un pamphlet révolutionnaire; Notre critique de la société ivoirienne, mais aussi de la communauté internationale, trouve ici toute leur justification.

DR AKE Patrice Jean, Assistant à l’UFR-SHS de l’Université de Cocody.

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :