La subversion du Moi par le Soi chez Nietzsche2

LA SUBVERSION DU MOI PAR LE SOI CHEZ NIETZSCHE (Suite)

A son tour, Hegel va vider la notion de Moi pour en faire le simple complètement indéterminé : « Représenté à titre de sujet, le penser est quelque chose qui pense, et la simple expression du sujet existant à titre de pensant est Je(Moi)[1]. » Cela signifie que le Moi, en tant qu’unité de la conscience, est tout à fait abstrait et complètement indéterminé : « De même, quand je dis ‘Je’ ‘Moi’, je vise-mentalement mon Je(Moi) comme ce Je-ci(Moi-ci) qui exclut les autres; mais ce que je dis, Je(Moi), est justement chacun, le Je(Moi) qui exclut de lui tous les autres.- Kant s’est maladroitement exprimé en disant que le Je(Moi) accompagne toutes mes représentations, y compris mes sensations, mes désirs, mes actions. Je(Moi) est l’universel, auprès de pour lui-même, et le caractère-de-communauté est également une forme, mais extérieure de l’universalité. Tous les autres hommes ont en commun avec moi d’être Je(Moi), de même que toutes mes sensations, représentations, etc., ont en commun d’être les miennes. Mais, considéré abstraitement en tant que tel Je(Moi) est la pure relation à soi-même, où il est abstrait de l’acte de se représenter, de l’acte de sentir, de toute situation, comme de toute particularité de la nature, du talent, de l’expérience, etc. Dans cette mesure, Je(Moi) est l’existence de l’universalité tout abstraite, ce qui est abstraitement libre[2]. » En vérité, cette abstraction pure du Moi se rapporte à la négativité pure, parce qu’il se pose comme abstraction de tout contenu, négation de toute position finie; tout doit se rapporter au moi, puisqu’il n’y a de monde que pour un moi, et, en même temps, le Moi s’enlève, sur fond de monde, comme négation de ce qui n’est pas soi; par là, le Moi effectue le mouvement même de l’infini. En tant qu’autre que tout ce qu’il peut saisir, le Moi est l’abstrait pur, l’infini pur. C’est ce qui fait dire à Hegel, dans le premier chapitre du tome premier de la Phénoménologie de l’Esprit, sur la certitude sensible, que « Ni le Moi, ni la chose, n’ont ici la signification d’une médiation multiforme. Le Moi n’a pas la signification d’un représenter ou d’un penser des moments divers, et la chose n’a pas la signification d’une multitude de caractères distincts; mais la chose est, et elle est seulement parce qu’elle est[3]. »

2. LA CRITIQUE SUBVERSIVE DU MOI PAR LE SOI CHEZ NIETZSCHE

Pour Michel Haar qui traduit excellemment la pensée nietzschéenne, « la catégorie psychologique du Moi relève de l’illusion de l’identité substantielle[4]. » Et il ajoute plus loin que « le Moi est un concept faux parce qu’il transforme en substance une unité fictive qui n’a d’abord qu’une réalité linguistique[5]. » Ainsi d’une certaine façon, chez Nietzsche, Michel Harr pense que « le Moi, rapporté à la Volonté de Puissance, se révèle comme une simple illusion de perspective, dans la mesure où il est posé comme unité sous-jacente, centre permanent, instance de décision[6]. » Ainsi, selon notre auteur, « le Moi est une fiction qui masque un assemblage, une pluralité de forces en lutte. L’identité consciente et personnelle, outre qu’elle est une habitude grammaticale cache la pluralité originelle et fondamentale que constitue la Volonté de Puissance comme corps[7]. » Cette idée particulière du Moi, subvertie par le Soi, par la médiation du corps est bien exprimée dans le Zarathoustra, quand Nietzsche écrit : « ‘Moi’, dis-tu, et tu es fier de ce mot. Mais ce qu’il y a de plus grand – et à quoi tu veux pas croire – c’est ton corps et sa grande raison : elle ne dit pas « Moi », mais fait le Moi…Ton ‘Soi’ se moque de ton Moi et de ses bonds orgueilleux. Que sont pour moi ces bonds et ces envols de la pensée? Se dit-il. Un détour pour aller à mon but. Je suis la lisière du Moi et le souffleur de ses idées[8]. » Voilà pourquoi, notre commentateur soutient que « philosopher en se servant du corps comme fil conducteur, revient à montrer le Moi, comme instrument, expression interprète du corps; à montrer le corps, par opposition à notre petite faculté de raisonner où n’apparaissent que des causes de surface[9]. » Si nous approfondissons toujours la pensée de Michel Harr sur la question, nous sommes d’avis que « le Moi chez Nietzsche, ne forme pas le centre ou le noyau du sujet, ni le principe qui détermine la pensée…Le Moi se découvre toujours déjà inextricablement fondu aux choses, au monde et aux autres egos… Le Moi de la réflexion, qui prétend à l’universalité, à l’indépendance, à la maîtrise et à la certitude de soi, n’est qu’une fragile et illusoire construction métaphysique[10]. » Dans le même ordre d’idées, nous pouvons paraphraser Michel Harr qui soutient à la suite de Nietzsche ceci : « Nous ne croyons plus, après la psychanalyse, à l’autonomie du Moi, pauvre chose, suivant le mot de Freud, écrasée entre les exigences contradictoires du ça et du surmoi[11]. » Ainsi, le point précis sur lequel Nietzsche attaque et tente de renverser la doctrine traditionnelle du sujet, n’est autre chose que l’idée d’une essence logique du Moi.

En effet, la critique nietzschéenne du Moi passe en premier lieu par une critique de la logique, sur laquelle reposent les doctrines rationalistes du Moi. Le Nietzsche de la Volonté de Puissance admet que « la logique ne manie que des formules correspondantes à des choses stables. C’est pourquoi cette admission n’aurait encore aucune force de démonstration à l’égard de la réalité : ce qui ‘est’ fait partie de notre optique[12]. » Et il ajoute que le Moi est considéré comme un étant, qu’il n’est point touché par le devenir et l’évolution. En clair, pour Nietzsche, la croyance dans le Moi se soutient et s’effondre en même temps que la croyance à la logique. La croyance commune à ces deux croyances est la croyance dans l’existence d’identités stables, c’est-à-dire, pour Nietzsche, la croyance platonicienne en l’être, comme l’égal à soi. Pourquoi croyance? Parce que l’expérience ne fournit aucune donnée qui soit strictement identique, strictement une. Rien dans le monde, dans le réel, n’est un. Donc l’un est imaginaire, irréel, fictif. Et Nietzsche ajoute : « Ni par l’idée de l’unité…Rien n’est atteint et obtenu là[13]. » Nous ne croyons plus en l’identité parce que nous avons en nous le modèle de toute identité : le Moi. Ainsi la critique de l’unité du Moi, l’émiettement, la pluralisation du Moi, auront pour finalité ultime avouée de retrouvée le Soi, la pluralité de l’être, les degrés de l’être, comme le dit parmi bien d’autres le fragment ci-après : « L’idée de substance est le résultat de l’idée du sujet : et non pas inversement! Si nous sacrifions l’âme, le sujet, les conditions manquent pour imaginer une substance. On obtient des degrés de l’être, on sacrifie l’Être[14]. »

Renoncer à l’âme, au sujet, signifie d’abord renoncer à l’universalité abstraite de ces concepts et affirmer l’individualité du Moi. Il n’y a de Moi qu’individuel. Mais dans un second temps, renoncer au sujet veut dire reconnaître que l’individu n’est pas un, que l’unité individuel est fictive. C’est retrouver la pluralité intra-individuelle. Il s’agit, selon Michel Harr, « non pas tant de repenser que de réapprendre à éprouver cette pluralité. Une fois brisée l’unité logique du sujet et son unité morale, la personne, il faudra laisser agir les puissances multiples du Moi, tous ses rôles, ses divers états de corps et d’âme[15]. »

Cette critique radicale du Moi par Nietzsche prend sa source dans le Bouddhisme. Dans son ouvrage Bouddhismes, philosophies et religions, Bernard Faure écrit « Les Buddhas ont fait état du Moi, ils ont aussi enseigné le non-Moi. Et ils ont aussi enseigné qu’il n’y a ni Moi ni non-Moi[16]. » Cette notion de l’absence du Moi est sans doute celle qui distingue le plus nettement le bouddhisme des autres doctrines philosophiques ou religieuses. Elle est aussi la plus difficile à saisir, tant elle contredit la conviction occidentale la plus intime. Ainsi dans le bouddhisme, « le Moi est introuvable, car il n’est localisable dans aucune des composantes physiques ou mentales de l’individu[17]. » Et il ajoute à cette affirmation, « ce qui dit ou pense ‘je’ n’est pas un sujet…Le moi tel que nous le concevons d’ordinaire est une illusion, un produit de l’ignorance fondamentale et de toute une série de causes et d’effets[18]. »

Chez les Hindouistes, le Soi est le corps en tant que partie centrale de l’individu, par opposition à ses membres, et plus généralement à toutes les parties considérées comme détachables. Ce Soi ou Atman, est le tronc de la personne corporelle, « la part individuelle d’absolu, la trace du principe ultime ou Brahman au fond de soi-même[19]. » Le Soi, selon Henri Le Saux, « n’est accessible ni par la récitation réfléchie du Véda, ni par un effort de pénétration intellectuelle, ni par de nombreuses leçons védiques, mais celui que le Soi élit, celui-là seul peut l’atteindre. le Soi lui révèle son intimité[20]. »

Le Soi, chez un philosophe comme Moulin, apparaît comme « la distinction faite par un individu entre sa personne et le reste du monde[21]. » Il est l’objet d’un débat philosophique traditionnel sur la possibilité de son aperception et l’existence d’une substance sous-jacente à la succession des phénomènes psychiques, qui oppose les cartésiens et les empiristes qui refusent après Hume son existence. Aussi, la possibilité de se réfléchir et de réfléchir sur le Non-Soi est à l’origine de la distinction sartrienne entre En-Soi et pour Soi. Cette distinction a permis aux philosophies de l’existence de réintroduire la transcendance par leur définition de l’homme comme projet ou transgression des limites du Soi. Quand Nietzsche parle du Soi, qu’est-ce qu’il faut en entendre?

Le Soi chez Nietzsche a aussi une signification culturelle, car il est porteur de la création de valeurs nouvelles. C’est en ce sens que Paul Audi, dans un essai intitulé L’ivresse de l’art. Nietzsche et l’esthétique affirme que «  l’enjeu de l’esthétique de Nietzsche, (c’est) de montrer que dans l’art en général il y va constamment de ce que nous appelons l’excédence de la subjectivité. C’est-à-dire – puisque tel est précisément le sens que nous entendons conférer au concept d’excédence – qu’il y va à chaque fois de la manière d’excédence – qu’il y va à chaque fois de la manière dont le Soi enveloppé et dégagé par cette épreuve de soi qui définit dans sa réalité phénoménologique concrète l’essence intime de la subjectivité, le Soi enveloppé et dégagé par le sentir soi-même de cette épreuve de soi, se dépasse lui-même vers soi et, ainsi, s’accroît de soi[22]. »

Cet accroissement à la fois pathétique et dynamique de soi-même caractérise en effet l’essence de cette corporéité vivante à quoi se rattache, pour être ce qu’elle est, l’essence du corps de chair et qui selon Audi, « tire toute sa consistance ontologique du fait que cette chair ne cesse, en son corps, de s’éprouver soi-même et de donner naissance, en vertu de cette épreuve de soi, de façon toute affective, à un Soi charnel et pulsatile, un Soi dont la nature transcendantale ne saurait en aucune façon se rendre perceptible en elle-même[23]. » Ce Soi, selon notre commentateur, est « dans la réalité de sa chair impressionnelle, aussi invisible à soi que son ipséité l’est aussi au regard des autres, le Soi charnel et pulsatile ne se laissant jamais objectiver que sur le plan de la représentation[24]. » Le Soi, parce qu’il lui incombe de ne pas pouvoir être écarté ni séparé de soi par quelque pensée, idée ou image sont il serait l’objet, son essence étant de demeurer toujours en lui-même, inhérent à lui-même, dans sa pure étreinte intérieure, qui est absolument immanente, sa réalité le rendant incapable de se poser hors de soi, de se mettre à distance de soi, sans aussitôt s’irréaliser lui-même au sein de cette distance artificielle[25]. » Dans l’acte de création , le Soi retourne à chaque fois à lui-même, qui non seulement habite dans mon corps, mais qui est mon corps lui-même et comme tel, ce corps que je suis moi-même tout entier, dans la mesure précise où il m’est toujours déjà donné de pouvoir quelque chose, c’est-à-dire de pouvoir agir comme de pouvoir souffrir, ainsi que Nietzsche l’aura expressément professé dans le chapitre de Ainsi parlait Zarathoustra qui a pour titre « Des contempteurs du corps » : « Derrière tes pensées et tes sentiments, frère, il y a un souverain puissant et un sage inconnu – qui a son nom ‘Soi’. Il demeure dans ton corps, il est ton corps[26]. » Et dans son expression même l’acte de création artistique implique que l’incarnation du Soi, sa chair impressionnelle, vivante et pulsatile, atteigne à une certaine exaltation, ou effusion, puisque telle serait, la condition essentielle de son ipséité. Alors le moins que l’on puisse en dire est qu’avec cet acte il y va également, à chaque fois, d’une certaine volonté de puissance.

Dans le texte du Zarathoustra cité plus haut, il y a une excédence du Soi sur le Moi et Nietzsche ajoute : « Ton Soi se moque de ton Moi et de ses bonds orgueilleux. <<Que sont pour moi ces bonds et ces envols de la pensée? Se dit-il. Un détour pour aller à mon but. Je suis la lisère du Moi et le souffleur de ses idées. »>> Le Soi dit au Moi : <<Souffre maintenant! Alors le Moi souffre et cherche un moyen de ne plus souffrir – et c’est pour cela qu’il doit penser. >> Le Soi dit au Moi : <<Réjouis-toi maintenant!>> Alors le Moi se réjouit et cherche un moyen de se réjouir souvent – et c’est pour cela qu’il doit penser[27].>>» Il s’agit ici de la part de soi-même que chacun de nous met toujours inévitablement dans les choses auxquelles il se rapporte, de la part que le Soi de chacun, c’est-à-dire le corps vivant et subjectif, la physiologie de la volonté de puissance, ca corporéité inorganique donne toujours déjà aux choses qui apparaissent, et cela quelle que soit la manière dont cette apparition se produit. Cette part que le Soi impose aux choses est ce par quoi celles-ci n’obtiennent certes pas un sens, mais une significativité, une valeur significative. Cette significativité est une valorisation prise dans l’optique de la vie.

CONCLUSION

Dans cette étude, nous avons montrer que la véritable difficulté de la lecture de Nietzsche tient au statut étrange et ambigu de son langage vis-à-vis du langage traditionnel de la philosophie. Nietzsche développe contre cette tradition et contre son langage, une forme particulièrement insinuante, insidieuse, complexe, de subversion. Subversive, littéralement, est l’ensemble de sa démarche parce qu’elle consiste à retourner, non pour le plaisir gratuit de mettre sens dessus dessous, mais pour faire apparaître la face d’ombre des idéalités, les motifs cachés – souvent inconscients ou physiologiques – les forces sous-jacentes qui sous-tendent les plus hautes valeurs. La plupart des mots de Nietzsche (Volonté de Puissance, Nihilisme, Surhomme, Eternel Retour…) font apparaître une pluralité de sens qui ruine toute logique fondée sur le principe d’identité. Ces mots jouent surtout comme des mots destinés à faire éclater une identité traditionnellement admise (par exemple le Moi). Ce recours à la polysémie et la tentative de détruire cette grande identité traditionnelle (le Moi), s’appuient sur une théorie du langage conçu comme machine à fabriquer une fausse identité. Dans «  Des contempteurs du corps » de Ainsi parlait Zarathoustra, nous avons montré comment l’identité du Moi est « fausse » pour Nietzsche, en particulier cette identité, née de la conceptualisation, et nous avons vu la subversion de l’identité du Moi par le Soi. Cette étude ne confirme-t-elle pas la thèse de Jean-François Bayard, dans son essai L’illusion identitaire, selon laquelle, les identités culturelles et politiques sont illusoires. Car selon lui, dans les faits, chacune de ces identités est une construction, souveny récente. Il n’y a pas d’identité naturelle qui s’imposerait à nous par la force des choses. il n’y a que des stratégies identitaires, rationnellement conduites par des acteurs identifiables, et des rêves ou des cauchemars identitaires auxquels nous adhérons parce qu’ils nous enchantent ou nous terrorisent. Mais nous ne sommes pas condamnés à demeurer prisonniers de tels sortilèges. Le choc des civilisations n’est pas une fatalité.

Par Dr AKE Patrice Jean, Assistant à l’UFR SHS de l’Université de Cocody, Abidjan


[1] HEGEL.- Encyclopédie des sciences philosophiques en Abrégé (Paris, Gallimard, 1970), & 20, p. 24, traduit par Maurice de Gandillac.

[2] HEGEL.- Encyclopédie des sciences philosophiques en Abrégé (Paris, Gallimard, 1970), & 20, p. 96, traduit par Maurice de Gandillac.

[3] HEGEL.- Phénoménologie de l’Esprit, tome 1 (Paris, Aubier Montaigne, 1941), p. 82, traduction de Jean Hyppolite.

[4] HAAR(Michel).- Nietzsche et la métaphysique, (Paris, Tel/Gallimard 1993), p. 38

[5] HAAR(Michel).- Nietzsche et la métaphysique, (Paris, Tel/Gallimard 1993), p. 38

 

[6] HAAR(Michel).- Nietzsche et la métaphysique, (Paris, Tel/Gallimard 1993), p. 38

 

[7] HAAR(Michel).- Nietzsche et la métaphysique, (Paris, Tel/Gallimard 1993), p. 38

 

[8] NIETZSCHE(Friedrich).- Ainsi Parlait Zarathoustra (Paris, 10/18, 1985), p. 33

[9] HAAR(Michel).- Nietzsche et la métaphysique, (Paris, Tel/Gallimard 1993), pp. 38-39

[10] HAAR(Michel).- Nietzsche et la métaphysique, (Paris, Tel/Gallimard 1993), p 127

 

[11] HAAR(Michel).- Nietzsche et la métaphysique, (Paris, Tel/Gallimard 1993), p 127

 

[12] NIETZSCHE(Friedrich).- La Volonté de Puissance. Essai de transmutation de toutes  les valeurs. (Etudes et Fragments), Fr. 273 (Paris, Librairie Générale Française, 1991), p. 301

[13] NIETZSCHE(Friedrich).- La Volonté de Puissance. Essai de transmutation de toutes  les valeurs. (Etudes et Fragments), Fr. 5 (Paris, Librairie Générale Française, 1991), p. 38

[14] NIETZSCHE(Friedrich).- La Volonté de Puissance. Essai de transmutation de toutes  les valeurs. (Etudes et Fragments), Fr. 277 (Paris, Librairie Générale Française, 1991), p. 304

 

[15] HAAR(Michel).- Nietzsche et la métaphysique, (Paris, Tel/Gallimard 1993), p 131

 

 

[16] FAURE(Bernard).- Bouddhismes, philosophies et religions (Paris, Flammarion, 1998), p. 170

[17] FAURE(Bernard).- Bouddhismes, philosophies et religions (Paris, Flammarion, 1998), p. 170

 

[18] FAURE(Bernard).- Bouddhismes, philosophies et religions (Paris, Flammarion, 1998), p. 170

 

[19] FAURE(Bernard).- Bouddhismes, philosophies et religions (Paris, Flammarion, 1998), p. 171

 

 

[20] LE SAUX(Henri)(Swami Abhishiktanonda).- La rencontre de l’hindouisme et du christianisme (Paris, Seuil, 1966), p. 146

[21] MOULIN(A.-M).- « Soi » in (Sous la Dir. De Sylvain Auroux).-  Encyclopédie philosophique universelle II, Les Notions philosophiques, Dictionnaire p. 2420

[22] AUDI(Paul).- L’ivresse de l’art. Nietzsche et l’esthétique (Paris, Librairie Générale Française, 2003), p. 24

[23] AUDI(Paul).- L’ivresse de l’art. Nietzsche et l’esthétique (Paris, Librairie Générale Française, 2003), p. 24

 

[24] AUDI(Paul).- L’ivresse de l’art. Nietzsche et l’esthétique (Paris, Librairie Générale Française, 2003), p. 24

 

[25] AUDI(Paul).- L’ivresse de l’art. Nietzsche et l’esthétique (Paris, Librairie Générale Française, 2003), pp. 24-25

 

[26] NIETZSCHE(Friedrich).- Ainsi Parlait Zarathoustra (Paris, 10/18, 1985), p. 33

[27] NIETZSCHE(Friedrich).- Ainsi Parlait Zarathoustra (Paris, 10/18, 1985), p. 33

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :