Les intellectuels dans la crise ivoirienne 1

LES INTELLECTUELS DANS LA CRISE IVOIRIENNE

Prof. GNAGNE YADOU Maurice
Agrege d’ANATOMIE, chirurgien urologue, maitre de conferences a l’UFR des sciences medicales, chef des urgences de chirurgie au chu de treichville

A cause de quelques uns de ces intellectuels la Côte d’Ivoire, notre pays, est humiliée. A cause d’eux ce Pays est traîné dans la boue, son Peuple est frappé d’ostracisme. Ses Institutions sont moquées de l’extérieur. Ecoutons les nègres de services sur la chaîne de télévision francophone TV 5, le vendredi 25 novembre 2005, pour comprendre l’étendue du mal que cette gent de rapaces a causé à son propre Pays, à notre Patrie. D’abord de Cheikh Yérim Seck (un Sénégalais) : « Il faut que la Communauté internationale impose un Premier ministre autonome à Gbagbo », ensuite de Francis Lapouyo (un Congolais) : « Nous ne sommes pas loin du chaos en Côte d’Ivoire, la rue gronde, le poisson pourrit par la queue », enfin de leur maître colon Vincent Hugueux (un Français) : « Il n’existe pas d’Ivoirien capable de diriger ce Pays ; il faut trouver un homme qui ait un génome particulier ». Tous les cerbères des écuries françafricaines. Comprenons par « génome particulier » cet Ivoirien qui sacrifierait les intérêts de la Côte d’Ivoire pour défendre, le sabre entre les dents, les intérêts de cette France des réseaux mafieux qui les emploie. A cause de ces gens le Président de tous les Ivoiriens, par la vertu des urnes, est couvert d’opprobre. A quoi obéit la déclaration de l’Ambassadeur de Belgique à sa sortie d’audience à la Présidence ? De la pure provocation, et une défiance outrageante vis-à-vis de nos Institutions. Quelle humiliation pour notre génération ! Que des Sénégalais, des Français, des Congolais, des Belges, etc., nous disent ce que devraient être nos Institutions ? Quel drame !

Ainsi donnent-ils (ces intellectuels) raison et argument au représentant des Nations unies pour les prochaines élections, et au Groupe International de Travail (GTI), dans leurs différentes approches anticonstitutionnelles, pseudo-consensuelles, pour le règlement de cette crise, en dépit de la clarté conceptuelle de la résolution 1633 des Nations unies qui confirme la prééminence de notre Loi Fondamentale dans la recherche de la solution idoine à cette crise. « Ecoutez, disent-ils, vous avez ici des éminents juristes qui militent pour une transition ne tenant pas compte de votre Constitution, un vide étant un vide. Vous voulez que nous soyons plus royalistes que vos rois, en la matière, pour trouver un contenu dans un contenant vide ! Allez-y sous l’arbres à palabres comme vos ancêtres ! Battez-vous comme des chiffonniers ! Etripez-vous ! Tuez-vous si vous le voulez ! D’ailleurs vous avez bien commencé, continuez donc ! Comme vous ne vous entendez pas autour d’une Loi Fondamentale que tous ont appelé à voter, alors votre Constitution c’est nous la Communauté Internationale ! C’est compris ? Nous ? Nous sommes fatigués ! Parce que vous êtes le seul Peuple au monde qui accepte qu’on lui fasse ce qu’aucun Peuple au monde n’aurait accepté qu’on lui fit ».

Voilà où nous en sommes arrivés par le comportement de certains de nos compatriotes pompeusement appelés intellectuels. Ces gens-là doivent subir un électrochoc salutaire pour eux-mêmes et pour la République. Cela contribuera à leur réveil et à leur éveil. Aux prochaines violences-licorne, il serait sage qu’ils aient une place d’honneur (ils aiment les places d’honneur) dans nos blocs opératoires, pour assister aux amputations de membres, à l’ablation du tiers de la longueur des intestins broyés par les balles licornes et autres interventions chirurgicales réalisées, à ces occasions, sur des jeunes gens qui ont commis le crime de se battre, sans concession et à main nue, pour la liberté de leur Patrie. Ainsi nos grands intellectuels loquaces des temps paisibles vivront-ils les temps de braises et de démangeaisons, comme il se dit chez nous, en temps réel, sur le théâtre des opérations. Eux qui habituellement sont prompts à se claquemurer dans les chancelleries. Ainsi apprendront-ils à respecter la vie des autres, eux qui aiment se cacher pour sauver la leur.

Des intellectuels qui ne doutent pas de leur science avions-nous dit Or qui ne doute pas manque d’humilité. L’humilité, c’est la vertu qui crée et fonde les grands hommes.

Le vrai intellectuel, c’est ce citoyen qui prend courageusement rendez-vous avec l’histoire en participant, par une production rationnelle et objective, à l’éveil des consciences nationales et patriotiques, quoique cela lui en coûte. Gloire soit rendu à Bernard Binlin Dadié, qui a repris le flambeau du combat patriotique pour donner l’exemple à ces pseudo-intellectuels englués dans leur manteau de suffisance. C’est assurément un vrai sujet de débat que l’attitude de cette race de serpents cachés dans les alcôves de la République, que le temps de la durée de cette crise a permis de découvrir. Tandis que la Jeunesse, par son sacrifice, nous indique la voie de notre Rédemption à travers la mise en place d’un Nouvel Esprit Ivoirien, pour l’émergence d’une Nation Puissante et Souveraine, libre dans ses choix de société. Certains intellectuels, par leur prise de position, montrent bien le décalage entre les objectifs qu’ils poursuivent et ceux de cette jeunesse qui a bien appris et intégré l’histoire des Peuples qui ont lutté pour leur émancipation et leur liberté.

L’histoire des Peuples qui ont lutté pour leur liberté nous enseigne que la naissance d’une Nation, d’une grande Nation comme la nôtre (voilà plus de trois années que nous luttons, et le Peuple et la Côte d’Ivoire restent debout), passe par « des phases d’initiation sacrificielle » comme celles que nous vivons depuis le 19 septembre 2002.

Dans cette histoire-là, aucune Nation, qui aspire à cette grandeur, n’a reculé devant l’ampleur du sacrifice exigé à cet effet.

En la matière, les exemples des Etats-Unis d’Amérique, lors de la Guerre d’Indépendance contre sa métropole l’Angleterre, est une référence historique que nous devons tous apprendre pour ne pas tomber dans un pessimisme et un défaitisme angoissant et émasculant pour les âmes fragiles. Il est aussi bon de savoir qu’au cours de cette guerre, le Général de La Fayette, de son vrai nom Marie Joseph Gilbert Motier, Marquis de La Fayette, joua un rôle important aux côtés des insurgés américains contre l’Angleterre. Ainsi donc un Français a combattu le bon combat aux côtés des « insurgent » américains qui luttaient pour leur liberté. Quel modèle pour une certaine France contemporaine dont l’attitude jure avec celle de Robespierre, de Danton et autres…Tous des combattants de la liberté et pour la liberté.

C’est pour cette même liberté que le Peuple d’Eburnie lutte depuis 3 années, même si certains intellectuels donnent l’impression de ne pas le comprendre, tant ils sont attachés « aux vertus » du « ventre ». beaucoup veulent en effet « vivre et manger ».

Sur notre continent, en Afrique, l’Algérie a subi sa phase d’initiation à la grandeur par son réveil nationaliste fulgurant qui jeta la France du Général Raoul Salan hors de ses frontières. L’Algérie consentit un lourd tribut à son émancipation. L’Algérie, Pays indépendant et souverain, a aujourd’hui son destin en main et peut commercer avec qui elle veut.

La République sud-Africaine connut sa phase d’initiation à la grandeur par un combat farouche que Noirs, Blancs, Métisses et Indiens livrèrent à l’Apartheid. La République sud-africaine est aujourd’hui une puissance montante, si elle ne l’est déjà.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :